top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurStevie Connor

Revue de l'album : 'Prairie Fire' par le chanteur-compositeur et conteur Canadien Tim Isberg


Par Stevie Connor.



Quand "Prairie Fire" est arrivé sur mon bureau, c'était d'un nom familier, le chanteur-compositeur et conteur albertain Tim Isberg. En tant qu'ancien responsable de la programmation à Blues & Roots Radio, je connaissais très bien sa musique et son histoire, car de nombreuses émissions internationales sur la station jouaient ses chansons. Nominé à de multiples reprises, il a écrit sur les expériences de la vie en tant que soldat vétéran, sur les nombreux défis transformateurs vécus lors de déploiements dans différentes cultures et conflits.


Quand j'ai pris le temps d'écouter son tout nouvel album, prévu pour sortir le 23 mars 2024 à Edmonton, mon intérêt a immédiatement été éveillé. Le groove était hypnotique, et les premières lignes de la chanson d'ouverture "Chasing Memories" m'ont plongé dans un sens de l'histoire. Il y avait immédiatement la mise en place du scénario, celui d'un pionnier des Prairies canadiennes, avec ses espoirs, rêves et appréhensions pour l'avenir. La chanson est un exemple parfait de comment captiver votre public dès le début d'un album : des lignes mélodiques accrocheuses, une instrumentation fantastique et bien pensée, et la voix chaleureuse et informée de Tim raconte l'histoire. Il est évident qu'il y a eu beaucoup de recherche pour cette sortie.


Ayant toujours été un grand passionné d'histoire, j'adore l'art du récit, surtout à travers la chanson. Dans ma jeunesse en Écosse, j'ai été élevé avec des histoires transmises par mon père et mon grand-père, certaines à travers des chansons appelées "Bothy Ballads". Il s'agissait de la musique des travailleurs des champs de la classe ouvrière, des ouvriers agricoles et des bergers qui chantaient ces chansons pour s'accompagner mutuellement tout en étant assis devant un feu pour se tenir compagnie. Les bothies étaient des dépendances agricoles où les travailleurs non mariés dormaient, souvent dans des conditions difficiles. "Prairie Fire" m'a rappelé cette forme d'art, une sortie fascinante.


Ayant déménagé au Canada en tant qu'immigrant, je connais peu l'histoire des plaines et des prairies de l'ouest, mais en écoutant chaque chanson de "Prairie Fire", voilà cette histoire même à travers les chansons magnifiquement présentées de Tim qui se déroule devant moi. "Fire Canoe", le premier morceau sorti de l'album, raconte vivement l'histoire des premiers bateaux à roues à aubes de la fin du XIXe siècle sur la rivière Saskatchewan, une autre image magistrale peinte à travers les paroles ingénieusement conçues de Tim.


Le deuxième morceau, sorti plus tôt ce mois-ci, "Steel Wheels", est basé sur les exploits impressionnants et les impacts provoqués par l'expansion du chemin de fer transcontinental canadien à travers l'ouest ; et sa progression malgré les conséquences pour les Premières Nations, les travailleurs chinois et d'autres. Une autre chanson merveilleuse avec un travail de guitare électrique fabuleux qui se prête au récit de l'acier, du feu et de la détermination qui ont roulé à travers les plaines pour ouvrir le Canada à l'ouest, et de l'héritage qu'il a laissé aux habitants du pays.


Il y a 12 chansons exceptionnelles sur cet album, chacune raconte une histoire unique, et elles se fondent si bien ensemble. Les vocaux de Tim Isberg sont parfaits pour raconter ces récits. "J'ai écrit Prairie Fire comme un album thématique basé sur l'histoire de chansons originales sur les gens et les événements des Prairies canadiennes et des plaines de l'ouest à la fin du XIXe siècle. Non seulement chaque chanson raconte une histoire, mais mon espoir est aussi qu'elles éduquent et inspirent le public à en apprendre davantage sur la fascinante histoire de l'ouest qui nous entoure et qui fait partie de notre patrimoine.


Étant donné les 30 ans et plus de l'époque, de nombreux peuples autochtones, immigrants des plaines et autres familles de colons auraient vécu tous les événements inclus dans l'album au cours de leur vie."


Tim a continué avec sa formule gagnante et a enregistré à nouveau avec Miles Wilkinson, un nominé aux Grammy et un producteur-ingénieur célébré aux JUNO. Pour la plupart, il a utilisé des camarades de groupe et ceux avec qui il avait déjà enregistré sur les pistes de base : Marc Ladouceur à la guitare et à la mandoline, Derek Vokins à la basse, Jamie Cooper à la batterie, Jeff Bradshaw à la guitare pedal steel et au dobro.


Stewart MacDougall et Isberg avaient déjà travaillé ensemble et il a été une grande partie de son projet en collaborant sur les paroles et en fournissant également certaines parties de piano. Maria Dunn à l'accordéon et Shannon Johnson au violon ont été amenées pour des pistes sélectionnées, certaines séparément, certaines ensemble. Isberg et ses camarades de groupe ont chanté beaucoup des chœurs en plus des chœurs de Tammy Weis, une chanteuse locale maintenant basée au Portugal. Toutes les pistes ont été enregistrées aux studios DanLyn à Sherwood Park, en Alberta.


Il ajoute : "Avec le concept en tête et quelques chansons initiales à mon actif, au début de 2023, j'ai rencontré Miles Wilkinson et lui ai donné un aperçu de l'idée du projet Prairie Fire pour voir s'il serait intéressé à coproduire avec moi. Il a adoré le concept et a immédiatement accepté. Pendant plusieurs mois, j'ai écrit des chansons, enregistré des démos et élaboré un plan pour les enregistrements en studio indépendant et un calendrier.

Miles et moi avons passé beaucoup de temps à déterminer quel genre de signature sonore l'album devrait avoir, son instrumentation, et ainsi de suite. J'ai décidé que je voulais une ambiance acoustique mais sans être limité à un son ou une instrumentation traditionnels.


Les chansons et le son devaient refléter l'ambiance et les émotions de l'époque. La musique est un mélange de country alternatif et de racines du genre Americana ; mais plus spécifiquement, et littéralement, de l'Americana canadien!"


Ce qui rend "Prairie Fire" si impressionnant, c'est le placement des pistes. Chacune a été délibérément placée pour attirer l'auditeur et raconter une histoire spécifique dans le temps, éduquant ainsi l'auditeur sur la vie au XIXe siècle, non seulement du point de vue des immigrants, mais aussi du côté des peuples des Premières Nations et des Métis, qui étaient sur la terre depuis des siècles. En traversant l'album, vous commencerez à avoir une véritable idée des luttes et des difficultés auxquelles étaient confrontées l'ouest du Canada.


"Prairie Fire" est un chef-d'œuvre de narration à travers la chanson. Tim Isberg est un auteur-compositeur extrêmement talentueux et captivant, et ce qui est tout aussi impressionnant, c'est que le CD est accompagné de notes de pochette solides et d'un livret avec un contexte historique donnant un aperçu unique des chansons. J'ai l'impression d'avoir fait un voyage et je veux en savoir plus !


La pochette est réalisée par l'artiste d'Edmonton Jamie Pruden et la mise en page par le graphiste local Joel Berg, ce qui donne vraiment de l'éclat à l'album.


Une écoute vivement recommandée de l'un des grands conteurs du Canada !




SUIVEZ TIM ISBERG





Scannez le code QR pour en savoir plus sur la sortie du deuxième single.


"Steel Wheels" est le deuxième single publié par l'Albertain Tim Isberg et est extrait de son très attendu prochain album, 'Prairie Fire.'







Scannez le code QR pour en savoir plus sur la sortie du premier single :


"Fire Canoe" est le premier single du prochain album conceptuel de Tim basé sur l'histoire, intitulé 'Prairie Fire.'









Comments


bottom of page