top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurThe Sound Cafe

Exclusif: L'interview du Sound Cafe avec le chanteur-compositeur de blues rock sud-africain Kenny Hughes



 

Nous avons le plaisir de plonger dans le parcours musical du chanteur-compositeur sud-africain de blues rock funk, Kenny Hughes. Avec sept ans d'expérience dans l'industrie, Kenny, en tant qu'artiste solo et maintenant accompagné de son groupe dynamique, The Kenny Hughes Trio, a laissé une empreinte indélébile sur la scène musicale. Rejoignez-nous pour explorer les réflexions de Kenny sur sa carrière à ce jour, l'inspiration derrière ses paroles et sa perspective unique sur l'évolution du paysage musical du blues, du rock et du funk.



Q : En tant que chanteur-compositeur sud-africain de blues rock funk, comment votre parcours de sept ans dans l'industrie a-t-il façonné votre perspective sur la musique, les gens et les endroits que vous avez rencontrés, en particulier avec votre groupe, The Kenny Hughes Trio ?


Kenny : Rencontrer d'autres musiciens, surtout lors de festivals, est toujours fascinant. Nous sommes tous si semblables à certains égards, mais aussi si divers dans notre approche. C'est gratifiant de rencontrer des fans qui écoutent votre musique depuis des années, surtout quand ils vous disent que votre musique a changé leur vie pour le mieux. Jouer devant une salle comble est exaltant, l'énergie est enivrante, et avec le groupe, c'est aussi très puissant. En réfléchissant à sept ans de musique, j'adore ça, vraiment.


Q : En réfléchissant aux paroles de "Blues Truth", comment résonnent-elles avec votre expérience personnelle en tant que musicien, surtout en ce qui concerne les attentes sociétales par rapport à la réalité à laquelle font face les artistes émergents dans l'industrie ?

Kenny : La chose drôle, c'est que j'ai écrit "Blues Truth" bien avant d'être un musicien professionnel. Il me frappe toujours à quel point j'étais proche de la vérité. Ce n'est pas toujours tout rose ; souvent, c'est un défi. Mais c'est tellement gratifiant, je ne peux vraiment pas me voir comme autre chose. Je suis musicien.


Q : Votre chanson "Last Stand" illustre un voyage vers l'indépendance et l'autonomie dans l'industrie musicale. Pouvez-vous élaborer sur les défis rencontrés et les leçons apprises qui ont inspiré cet hymne à faire les choses à votre manière ?


Kenny : Dans l'industrie musicale, comme dans n'importe quelle autre industrie, je suis sûr, on vous promet beaucoup de choses, mais très peu tiennent leurs promesses. C'est après quelques déceptions de ce genre que j'ai réalisé que c'était vraiment à moi de le faire. Personne n'allait le faire pour moi ; je devais juste rester concentré et le faire. Me voici maintenant, sans idée si je suis proche ou non, mais tant que je reste fidèle à qui je suis et à mes convictions, je mourrai en essayant.


Q : Avec huit singles publiés et des réalisations notables, notamment un succès au sommet des charts et une reconnaissance internationale, comment percevez-vous l'évolution du paysage du blues et du rock dans la scène mondiale, et quel rôle vous voyez-vous jouer dans sa croissance continue ?


Kenny : Le blues existe depuis toujours, formant littéralement l'épine dorsale de toute la musique moderne. Le blues est là pour rester, sous une forme ou une autre. C'est pourquoi je suis là, pour essayer d'ajouter ma saveur à un bouillon déjà bouillonnant. Je veux juste laisser une sorte de marque dans le monde du blues ; si je peux y parvenir, alors je suis déjà réussi.


Q : "Last Stand" symbolise votre déclaration d'indépendance. Comment cet état d'esprit a-t-il influencé votre processus créatif, et comment naviguez-vous entre la liberté artistique et les attentes de l'industrie ?

 

Kenny : Je ne me conforme pas aux attentes de l'industrie. L'ancien dicton de vendre son âme a une signification différente pour moi. À mes yeux, tu as déjà vendu ton âme dès que tu compromets ton son et ta croyance dans une tentative de plaire aux masses. Je préfère simplement écrire ce que j'écris et avoir confiance que mon public me trouvera pour cette raison.


Q : En ayant participé à des podcasts mondiaux, des interviews et des émissions de télévision, comment ces expériences contribuent-elles à votre parcours artistique, et quelles perceptions avez-vous acquises en vous connectant avec des publics sur des plates-formes aussi diverses ?


Kenny : Je trouve toujours une motivation nouvelle après l'une de ces expériences. Cela me rappelle simplement qu'il y a des gens qui écoutent. C'est revigorant d'entendre les retours sur une nouvelle sortie, qu'ils soient bons ou mauvais, car cela m'inspire pour écrire la suivante. Toujours à la poursuite de cette prochaine sortie.


Q : Dans votre biographie, vous exprimez un amour authentique pour toute l'expérience musicale. Pourriez-vous partager un moment ou une performance spécifique qui résume pourquoi il n'y a rien d'autre que vous préféreriez faire que de partager votre musique avec le public ?


Kenny : Je l'ai mentionné dans des interviews précédentes, et vous pouvez demander à n'importe quel musicien qui s'y est produit, mais le festival STRAB (Subterranean Rhythm and Blues) est tout simplement insensé. On dirait une planète différente, et l'énergie du public vous donne l'impression de ne rien pouvoir faire de mal. STRAB est définitivement un point fort pour moi.


Q : En tant que finaliste aux US Banger Music Awards et avec des apparitions notables dans des festivals, quel impact ont ces reconnaissances et événements en direct sur votre motivation et votre détermination en tant que musicien ?


Kenny : Inquantifiable. Recevoir de tels éloges ou figurer dans la programmation de ce festival auquel vous rêvez de jouer, c'est un sentiment incroyable. Le jour de la sortie est comme mon anniversaire, et les récompenses sont comme Noël.


Q : En faisant partie du Kenny Hughes Trio, comment la dynamique avec Jayson Pieterse (Basse) et Marais Swanepoel (Percussions) contribue-t-elle au son et à l'énergie uniques de vos performances ?


Kenny : Ces deux messieurs ajoutent une touche formidable au son global. C'est aussi simplement plus puissant. J'adore jouer avec un groupe à nouveau ; il y a tellement d'espace pour respirer et ajouter de petites subtilités quand je ne suis pas la seule personne portant la chanson. En tête d'un trio blues/funk/rock, vous avez besoin d'une base solide, et c'est ce qu'ils sont.


Q : Avec plusieurs singles en tête des charts, des apparitions dans des festivals et l'ouverture pour des artistes renommés, quels sont vos objectifs pour l'avenir de Kenny Hughes et du Trio, et comment envisagez-vous votre croissance continue et votre impact dans l'industrie musicale ?


Kenny : Mon objectif est simplement de continuer à écrire, à jouer, à me produire et à progresser. Espérons qu'une tournée internationale n'est pas trop lointaine dans le futur, et je veux certainement commencer à organiser des spectacles avec des talents locaux en guise de premières parties. Je vois de bonnes choses arriver à notre rencontre ; surveillez cet espace, vous ne voudriez pas le manquer !



Nous exprimons notre sincère gratitude à Kenny Hughes d'avoir partagé ses idées et ses expériences avec nous. Il est évident que sa dédication à l'authenticité et à l'indépendance a façonné un parcours musical remarquable. En concluant cette interview, nous vous invitons à vous immerger dans le monde de Kenny Hughes en écoutant son dernier album, 'Born & Raised', disponible maintenant sur toutes les plateformes de streaming. Ne manquez pas l'opportunité d'assister à la croissance continue de Kenny Hughes et du Trio, alors qu'ils laissent une empreinte indélébile sur le paysage vibrant du blues et du rock. Merci, Kenny, pour cette conversation, et à nos lecteurs, profitez du voyage musical qui vous attend !



À propos de Kenny :

Kenny Hughes, qui a parcouru un parcours musical de sept ans, incarne l'essence du blues rock sud-africain. En tant que chanteur-compositeur itinérant, Kenny a captivé des audiences dans des lieux prestigieux, des festivals et des événements. Sa passion pour la musique, combinée à un dévouement inébranlable à son art, a abouti à la sortie de huit singles à ce jour. Six de ces singles ont été présentés dans le Top 40 de Mix FM SA, et trois ont décroché la première place convoitée (deux se classant dans le Top 50 global de 2021 et un autre occupant une place dans le Top 40 global de 2023).


Kenny a eu l'honneur d'être finaliste aux US Banger Music Awards, obtenant des premières mondiales à la radio et des collaborations avec des artistes et producteurs chevronnés tels que Jo Ellis, Albert Frost et Evert Snyman. Il se produit également en direct avec The Kenny Hughes Trio, composé de Jayson Pieterse à la basse et de Marais Swanepoel aux percussions.


Kenny a participé à des festivals tels que STRAB et Park Acoustics, et a eu le privilège d'ouvrir pour des artistes estimés tels que Jeremy Loops, Karen Zoid et Die Heuwels Fantasties.




Consultez notre article précédent sur la sortie de l'album de Kenny en scannant le code QR












The Kenny Hughes Trio:

Kenny Hughes (Guitar & Vocals)

Jayson Pieterse (Bass)

Marais Swanepoel (Percussion)





Tous les liens: linktr.ee/kennyhughes







Comentarios


bottom of page