top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurErin McCallum

Derrière Le Rideau: Paul Reddick



      Dans chaque numéro de "Derrière le Rideau", l'objectif est d'offrir aux lecteurs quelque chose au-delà de ce que le communiqué de presse ordinaire ou la biographie peuvent fournir ; les lecteurs réguliers savent que ce forum s'efforce de présenter un contenu entreprenant qui offre de nouvelles perspectives sur les artistes au cœur du Collectif de Blues Canadien. Pour le lecteur nouvellement initié, il est bon de mentionner - il est toujours recommandé de rechercher des informations sur les artistes en vedette en dehors de ce forum. Tous les artistes mis en avant dans "Derrière le Rideau" ont la base biographique justifiant une enquête plus approfondie en explorant la biographie pour en découvrir davantage. L'édition de ce mois-ci s'inscrit dans la continuité de la quête permanente visant à fournir aux lecteurs des informations et des perspectives introuvables ailleurs, mettant en vedette le chanteur, compositeur et joueur d'harmonica, Paul Reddick.


Pour offrir une brève introduction, Paul Reddick se produit dans son style de blues depuis plus de trois décennies. Il a été acclamé par l'industrie pour son travail en studio (il compte 10 albums à son actif) et son enregistrement le plus récent ("Ride The One", Stony Plain Records) a remporté un prix Juno (Meilleur album de blues). Au-delà de ses offres musicales indépendantes, Reddick a enregistré et écrit avec des artistes/groupes tels que Colin Linden, Monkeyjunk et Tom Wilson, et il est à l'origine du prix de composition contemporaine pour les auteurs-compositeurs/compositeurs de blues, le prix Cobalt. Reddick se produit également actuellement sur la scène musicale en direct, principalement à Toronto, bien qu'il ait beaucoup tourné à l'international.

 

       Les personnes familières avec le travail de Reddick pourraient raisonnablement conclure que ses paroles sont son principal "point de différence" en ce qui concerne ce qu'il offre dans sa composition originale, le rendant artistiquement identifiable. C'est cet élément de son travail, ainsi que ses efforts au-delà de ses propres contributions artistiques via le prix Cobalt, qui a justifié - et suscité la curiosité - de se lancer dans cette enquête. Avoir une conversation directe avec Reddick est certainement approprié si l'on cherche à comprendre son processus ou si l'on est intéressé par une discussion sur le blues dans un sens plus large.

 

       Pour référence rapide, le prix Cobalt a été créé pour soutenir et promouvoir la création de musique blues qui s'inspire des traditions du genre tout en modernisant les compositions de manière à séduire les générations futures de fans et d'artistes. En d'autres termes, selon ma propre interprétation, la vision du prix Cobalt est de soutenir l'évolution du genre. Sachant que Reddick est à la fois un auteur-compositeur accompli et la personne à l'origine de la création du prix Cobalt, il est pertinent de lui demander directement ce qu'il pense être les éléments d'une bonne chanson de blues

 

"Il y a tellement de rareté et de possibilités avec cette question. Je suppose que le rythme, les notes et la relation entre les paroles et la musique sont toutes des qualités importantes. Avec le blues, il y a généralement un modèle qui fait référence au genre dans sa structure - un schéma de rimes ou une progression d'accords - qui aide également à identifier le genre, mais il y a tellement de possibilités."

 

        "En apprenant les pensées de Reddick sur les composants d'une bonne chanson de blues, la conversation a naturellement conduit à demander quel est son processus personnel en ce qui concerne l'écriture de chansons. Il partage : "

 

"Je commence généralement par les paroles, puis j'écris la musique séparément, jusqu'à un certain point. J'ai découvert que l'utilisation de différents types de poèmes et de structures poétiques peut offrir une structure/effet différente lorsqu'elle est associée à une structure musicale en 1, 4, 5 ou à une structure de blues. Le processus peut également déterminer le contenu ou l'intrigue de la chanson. Parfois, je suis avec d'autres musiciens, et je propose des idées musicales, puis ils les jouent sur leurs instruments - ce processus peut également développer des idées de manière différente."

 

"Après avoir eu une idée des pensées et des méthodes personnelles de Reddick en matière de chansons de blues, nous avons une base solide pour discuter du blues au-delà des offres d'un artiste en particulier. Pour beaucoup, le sujet de l'avenir du genre en ce qui concerne sa pérennité et sa croissance pour les générations futures est très complexe ; les opinions varient et sont presque toujours fortes sur le sujet. Étant donné les contributions précitées de Reddick au Collectif de Blues, il semble logique de penser qu'il a quelque chose de crédible à offrir sur ce sujet vaste et lourd. La curiosité plus spécifique dans le domaine de l'avenir du blues, pour lequel Reddick a des références solides qui donnent du crédit à ses réflexions, consiste à discuter de la coexistence possible entre le blues "traditionnel" et le blues "évolutif". La justification de demander les pensées de Reddick vient de l'examen d'autres genres qui ont évolué en termes de son et ont maintenu le genre par titre et identité (le meilleur exemple pour les lecteurs pourrait être la musique country, qui a connu plusieurs évolutions avec l'ère de "Garth Brooks" dans les années 1990, et plus récemment au début des années 2000), à travers cette évolution. En examinant le blues, il semble y avoir des "ramifications" (rock and roll, rap, et même la musique country sont tous des genres qui ont évolué à partir du genre blues) qui sont identifiées comme de nouveaux genres. Reddick a répondu en offrant ses réflexions sur la raison pour laquelle le genre blues lui-même n'a pas encore adopté une nouvelle identité à travers son évolution en général, et il partage ses réflexions sur la manière dont le blues évolue :"

 

          "Je pense qu'un des facteurs est que le public du blues n'est pas aussi vaste, disons, que celui de la musique country. Le country est tellement vaste qu'il a plus de place pour prendre forme en tant que genre, et il y a un large public prêt à l'embrasser. Il y a une expression, "maintenir le blues en vie"; personnellement, je ne l'ai jamais vu menacé. Il est agréable de penser que le blues est plein de possibilités - jouer en direct est aussi une façon de développer cette possibilité. Je pense que le blues évolue, et c'est l'interprétation et la façon dont les gens le créent et le jouent qui découvrent de nouvelles possibilités."

 

           Bien que le sujet de l'avenir du blues reste indubitablement un sujet suscitant de nombreuses opinions divergentes, il est juste de dire que la réponse de Reddick est sans doute solide. Comme mentionné précédemment, il a une base solide de contributions qui confèrent de la crédibilité à ses réflexions sur ce sujet, avec ses décennies d'expérience en tant qu'artiste, ainsi que son développement du prix Cobalt.

 

Alors que la principale curiosité qui justifiait l'enquête a été apaisée, la conversation tire sa conclusion avec une dernière question visant à fournir aux lecteurs des informations plus entreprenantes sur Paul Redick. Lorsqu'on lui demande de partager quelque chose à propos de lui en tant qu'artiste qui n'est pas disponible dans sa biographie, voici sa réponse :

            "Je ne me soucie pas beaucoup de l'argent, et je ne suis pas particulièrement ambitieux en ce qui concerne les voyages et jouer sur de grandes scènes... simplement en faire partie me suffit. L'expérience de jouer est quelque chose que je valorise vraiment, et je suis heureux de le faire."


À mesure que cette édition de "Derrière le Rideau" touche à sa fin, j'ai confiance que les lecteurs de toutes sortes ont appris quelque chose de plus sur l'artiste en question, et cela les inspire à approfondir leurs recherches en dehors des limites de cette colonne. Chaque artiste présenté dans cet article a une base biographique qui ne peut être couverte ici, il est donc toujours encouragé de découvrir la musique et la carrière qui justifient la crédibilité de ces conversations. Dans le cas de Paul Reddick, il a offert des informations exclusives qui peuvent être corroborées à la fois par son travail en tant qu'artiste et par le prix Cobalt, mais il y a beaucoup plus à découvrir via des recherches indépendantes ou en assistant à une performance live. Cet article peut être trouvé chaque mois comme une contribution régulière via le Sound Café dans le but de fournir un aperçu plus approfondi et exclusif des artistes de blues canadiens qui sont au cœur du Collectif de musique blues.





Crédit photo : Prashant Rawate.

Le musicien de blues en tournée, Erin McCallum, a suivi des études postsecondaires formelles en médias (actualités, radio). Diplômée du Humber College en Ontario, elle a ensuite été mentorée par Robert Holiday, membre du Panthéon canadien de la presse, et est une écrivaine régulièrement publiée dans le domaine de la musique et du journalisme d'investigation. Elle s'est concentrée sur la musique au cours des six dernières années. Erin anime une chronique exclusive chaque mois dans The Sound Cafe mettant en avant des musiciens et des professionnels de l'industrie de partout au Canada, travaillant principalement dans les genres du blues et des racines.



Erin McCallum. Grande voix. Grand son.


Découvrez la distinction légendaire et l'héritage d'Erin McCallum dans le blues...


Lire davantage d'Erin... (En anglais)

www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-featuring-teddy-leonard www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-jenie-thai www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-andre-bisson www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-quisha-wint www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-steve-marriner www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-michael-fonfara  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-nick-harding  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-brooke-blackburn  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-harrison-kennedy  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-colin-linden  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-howard-moore  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-miss-emily  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-gary-kendall  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-bob-omar-tunnoch  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-david-vest  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-brandon-isaak  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-jim-casson  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-rita-chiarelli  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-crystal-shawanda  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-colin-james  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-chuck-jackson  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-sherman-tank-doucette  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-pat-carey  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-tom-lavin 


Comments


bottom of page