top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurStevie Connor

L'auteure-compositrice-interprète Tia Wood, des nations Crie des Plaines et Salish de la Côte, sort son premier single 'Dirt Roads'


Tia Wood


La chanteuse-compositrice Tia Wood, des nations Crie des Plaines et Salish de la Côte, sort son premier album très attendu "Dirt Roads" sous Sony Music Entertainment Canada.


Tia est née et a grandi dans la nation crie de Saddle Lake, une communauté d'environ 6000 personnes située sur le territoire du Traité 6, à environ deux heures de route à l'est de la capitale de l'Alberta, Edmonton. Sa famille possède un riche héritage musical et culturel.


Son père, Earl Wood, a cofondé et été membre du légendaire groupe de tambours pow-wow Northern Cree, lauréat d'un prix JUNO et nommé aux Grammy Awards ; sa mère, Cynthia Jim, faisait partie d'un groupe de tambours entièrement féminin ; et sa sœur, Fawn Wood, est également une chanteuse lauréate d'un prix JUNO. Artiste chevronnée en son propre droit, Tia a rassemblé un public de plus de trois millions de followers sur Instagram et TikTok, créant et partageant des sons et du contenu indigénisés tour à tour hilarants et poignants.


En 2020, Tia a suivi son envie de voyager et est partie pour Los Angeles, transformant un séjour de deux semaines en un déménagement semi-permanent. Le résultat est "Dirt Roads", une chanson à la fois sur l'excitation des "jours ensoleillés et des visages heureux dans le pays où les rêves sont faits" et sur le sentiment de se sentir déplacé loin de chez soi. "Dois-je défaire mes tresses ou les laisser ? Ils me regardent comme si j'étais une Martienne", chante Wood de manière émouvante, évoquant des images et des émotions compréhensibles pour tous ceux qui ont quitté leur maison pour un nouveau départ en ville, en particulier les jeunes indigènes, car Tia a dû faire face à la perte d'accès à sa culture et à ses traditions tout en étant à LA.


Mais c'est le refrain de la chanson qui résonne comme une familiarité réconfortante : "Les chemins de terre me ramènent chez moi." La chanson est à la fois une lettre d'amour à Saddle Lake et à son peuple, et un rappel sincère pour tant d'autres qui ressentent l'appel de la famille et de la maison tout en poursuivant des rêves dans la grande ville.


"C'est à propos de quitter la maison et de s'aventurer dans un nouveau monde", dit Tia. "Parce que quand je vivais dans la réserve, je pense que la raison pour laquelle je suis partie, c'est parce que je voulais voir le monde et découvrir qui j'étais. Donc c'est un peu le thème de tout ça. C'est juste être un jeune adulte et traverser des choses de jeunes adultes." Le morceau, coécrit et produit par Cameron (Cambo) Bartolini (Doja Cat, Walker Hayes), met en valeur la voix soulful de Tia et une production luxuriante et pose la scène pour le clip émouvant, également sorti aujourd'hui.


Dans la vidéo, Tia retourne à Saddle Lake et est entourée par sa famille et ses proches, fermement enracinée dans la culture et la communauté de la réserve. Réalisée par Yana Malik, les spectateurs sont immergés dans la maison de Tia, et ces "chemins de terre" qu'elle a tant désiré lorsqu'elle était loin. Des prises de vue magnifiques et aériennes de courses de relais de chevaux indiens ; sa mère lui tressant les cheveux ; roulant avec sa sœur et son amie ; mangeant, vivant et aimant ensemble. La vidéo est intime et grandiose et à la hauteur de la tâche d'égaler l'écriture et les vocaux de Tia - qui réussissent également le tour de force de paraître à la fois plus grands que nature et discrètement révélateurs.


Née dans la nation crie de Saddle Lake, au centre de l'Alberta, une communauté d'environ 6000 personnes sur le territoire du Traité 6, le parcours musical de Tia a commencé chez elle. Ses premières expériences sur scène ont eu lieu avec sa famille, chantant de la musique traditionnelle lors de pow-wow, d'écoles et d'événements communautaires.

Bien qu'elle se décrive comme "l'enfant la plus timide" parmi ses autres frères et sœurs, Tia dit que ces premières performances et enseignements musicaux de sa famille ont été extrêmement formateurs et l'ont menée sur le chemin qu'elle continue de suivre aujourd'hui, célébrant et partageant fièrement les chansons et les danses de son peuple.

"J'aimais juste pouvoir chanter devant des gens avec ma famille en particulier", dit-elle. "C'était vraiment agréable de se lier de cette manière."


Mais devenir un jour artiste solo a toujours été à l'arrière de son esprit. Adolescente, elle gravitait autour de toutes sortes de chanteurs, des légendes musicales comme Etta James et Hank Williams aux stars plus contemporaines comme Amy Winehouse, Leon Bridges, Jesse Reyez et SZA. Dans la vingtaine, Tia a développé une immense audience sociale en tant que créatrice, et beaucoup de ses vidéos introduisant des sons indigènes à un public mainstream sont devenues virales et lui ont valu une reconnaissance générale.


Ces influences et expériences, ainsi que la musique de ses nations indigènes, ont fourni la base de son premier album, riche en style, en genre et en esprit. Ce qui relie tout ensemble, ce sont les voix douces et étonnantes de Tia, créant une tapisserie vibrante de musique moderne qu'elle estime renforcée et enrichie par son héritage indigène et une production R&B luxueuse.


"Je pense que je touche à beaucoup de choses différentes", dit-elle, "mais pour l'instant, c'est plus comme du R&B, et comme j'ai grandi avec la musique traditionnelle, j'essaie de l'ajouter quand cela s'y prête."


Ses chansons de début sont aussi éclectiques et riches que l'expérience des jeunes adultes. L'instrumentation sous ses voix soniquement riches va des sons classiques comme le piano et la guitare aux rythmes et accroches modernes qui prospèrent dans le R&B contemporain.

Tia dit que l'exploration de soi et de son identité à travers l'écriture de chansons et le perfectionnement de ses compétences musicales a été thérapeutique. "Cela m'a permis de m'ouvrir et de vraiment plonger dans mes sentiments", dit-elle, et elle espère que son parcours et sa musique pourront inspirer les gens partout, en particulier les jeunes fans dans les communautés indigènes.


"Juste pour montrer à quelqu'un qu'il peut le faire, peu importe d'où il vient, quelles circonstances il a reçues et quelles cartes on lui a distribuées. C'est faisable."


Tia Wood


SUIVEZ TIA WOOD




Comments


bottom of page