top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurThe Sound Cafe

L'article Suivant - Critique: Le Supergroupe Franco-Algérien Koum Tara au Living Arts Centre de Mississauga, en Ontario, Canada


Par Stevie Connor.



Koum Tara, absolument époustouflant...


Je pourrais m'arrêter là, mais j'aimerais vous en dire plus sur ce collectif incroyable de musiciens qui a donné sa toute première performance au Canada au Living Arts Centre de Mississauga, en Ontario, le vendredi 27 octobre, une expérience que je n'oublierai jamais.

Le supergroupe franco-algérien Koum Tara a atterri à Toronto la veille de sa toute première performance sur le sol canadien. Ils ont lancé leur nouvel album "Baraaim El-Louz", sorti sous le label innovant Odradek Records le 20 octobre. Ainsi, nous avons eu le privilège d'entendre certaines de leurs anciennes œuvres, mais aussi de découvrir des chansons de leur nouvel album. J'ai été honoré d'être l'une des premières personnes de ce côté de l'Atlantique à entendre cette performance en direct. J'avais écouté l'album au cours des dernières semaines, car il m'avait été envoyé par leur équipe de relations publiques au Royaume-Uni, Angie Lemon PR, et nous avions décidé de publier un article d'actualité sur l'album et leur visite au Canada.


Écouter l'album ne m'avait pas préparé à ce que j'allais entendre ! Permettez-moi de vous donner un peu de contexte sur qui est Koum Tara...

L'incroyable pianiste de jazz français et producteur primé Karim Maurice dirige Koum Tara, accompagné du polyvalent chanteur algérien Mohamed Hamam (Hamidou), qui joue également du mandole algérien, du banjo, de la darbouka et du bendir. Brice Berrerd à la contrebasse et Kamal Mazouni au cajón, derbouka, bendir et percussions complètent le groupe. Koum Tara inclut également le quatuor à cordes La Camerata.

Les membres du quatuor à cordes de Koum Tara font partie de La Camerata, qui depuis 2012 est devenue producteur exécutif et partenaire de certaines créations de Karim Maurice, dont Koum Tara.


Créée en 2004, La Camerata est un orchestre à cordes basé à Lyon qui joue sans chef d'orchestre. Fondée par Gaël Rassaert, La Camerata se distingue par son approche artistique originale, libre de structures hiérarchiques et favorisant le travail et l'engagement sous des formes participatives et démocratiques. L'orchestre s'est produit lors de festivals classiques, de musique du monde et de jazz en France et à l'international.

Ainsi, nous sommes arrivés au Living Arts Centre de Mississauga et avons été accueillis par les merveilleuses personnes de l'Orchestre arabe canadien, qui présentaient le spectacle dans le cadre du Festival de la musique et des arts arabes. Un des représentants, Rami, nous a donné un aperçu unique de l'organisation et des nombreuses performances qui avaient lieu à Mississauga, Burlington et Toronto. Dans le cadre du festival, ils avaient invité Koum Tara à se produire. Rami expliqua qu'ils étaient des maîtres de leur art et que nous allions vivre un vrai régal... c'était l'euphémisme de l'année !


Crédits photo : Anne Connor - The Sound Cafe


Dès les premiers accords, j'ai été hypnotisé. La virtuosité tout au long de la performance était exceptionnelle. Le quatuor à cordes jouait avec une telle émotion, prolongeant les notes pour vous attirer toujours plus près de la musique. Je pouvais voir, par l'expression sur leurs visages, qu'ils vivaient chaque note. C'est quelque chose que l'on ne ressent pas à l'écoute d'un enregistrement. C'était de la musique telle que chaque être humain devrait la vivre : en direct, expressive, dépourvue de toutes limites !


Kamal Mazouni au cajón et Brice Berrerd à la contrebasse étaient tellement en phase avec ce qui se passait autour d'eux. Ils semblaient être le moteur du collectif. J'observais attentivement leurs riffs et leurs courses complexes qui flottaient harmonieusement derrière les mélodies produites par Hamidou au mandole algérien et Karim Maurice au piano et au synthé. Tout en surveillant les transitions et les croisements entre les cordes, le piano et le mandole, c'était une chose si belle à regarder. Je me demandais comment les pièces qu'ils jouaient étaient orchestrées. Dans ma tête, j'essayais de comprendre quel genre de génie pouvait concevoir des arrangements aussi compliqués tout en les rendant si magnifiquement éloquents et agréables à l'oreille. J'ai écouté beaucoup de musiques du monde, mais, honnêtement, je n'avais jamais entendu une telle fusion auparavant, mêlant la musique folklorique traditionnelle algérienne au jazz et le tout fusionné avec des compositions contemporaines.


La soirée semblait avoir passé si rapidement. Koum Tara m'avait transporté dans une autre dimension dès le début de leur performance, puis m'avait déposé doucement à 21h30, me demandant où j'avais bien pu être. Eh bien, j'avais été dans le monde de Koum Tara, comme l'explique si élégamment Karim Maurice :


"À une époque où l'humanité, le respect des différentes cultures et la tolérance sont considérés comme des valeurs nécessaires pour construire un monde meilleur, Koum Tara offre et continue de défendre un univers musical où chacun apporte sa propre identité, son héritage et son originalité à la chanson de l'amour universel."


Je ne parle pas arabe, mais cela n'était pas nécessaire. J'ai ressenti la musique, j'ai ressenti les émotions, j'ai ressenti l'amour. La musique est un langage universel, et Koum Tara est un collectif universel. Allez les voir en concert, vous ne serez pas déçu.




Pour plus d'informations sur Koum Tara, visitez leur site web et leurs plateformes de médias sociaux ci-dessous. N'oubliez pas de consulter également l'Orchestre arabe canadien et le Festival de la musique et des arts arabes. Il reste encore quelques représentations à voir à Mississauga et à Toronto.


N'hésitez pas à visiter ces liens pour plus d'informations sur les performances à venir et pour soutenir ces talentueux artistes et organisations.


Canadian Arabic Orchestra

Festival Of Arabic Music & Arts





SUIVEZ KOUM TARA




Comments


bottom of page