top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurErin McCallum

Derrière Le Rideau : Steve Kozak


Steve Kozak

Les nouveaux lecteurs de "Derrière le rideau" sont toujours présentés avec une explication de son objectif ; cette rubrique vise à fournir un aperçu entreprenant des artistes au cœur du Collectif canadien de blues. Cela est réalisé en ayant une conversation directe avec l'artiste présenté et en explorant leur biographie pour trouver quelque chose de précieux qui ne peut être trouvé ailleurs. Pour expliquer davantage, les artistes présentés ici ont des carrières/biographies accessibles, reconnaissables et établies - cela permet une enquête approfondie qui va droit au but pour répondre aux questions qui restent après avoir pris connaissance de ce qui est déjà documenté. Il est toujours encouragé aux lecteurs de chercher des informations sur les artistes présentés via d'autres ressources ; le contenu qui est mis "sur le registre" dans "Derrière le rideau" se tient seul, cependant, il y a beaucoup plus à apprendre sur les artistes mentionnés. Il est également raisonnable de s'attendre à ce qu'en apprenant davantage sur l'artiste présenté via cet article, les lecteurs gagneront également un aperçu supplémentaire du Collectif canadien de blues dans son ensemble. Pour cette édition de "Derrière le rideau", il y a du mérite à découvrir plus sur le chanteur, auteur-compositeur et guitariste, Steve Kozak.


Le chanteur, auteur-compositeur et guitariste Steve Kozak est un artiste indépendant, immergé dans la scène musicale du blues canadien, depuis plus de trois décennies. Il a été basé sur la côte ouest du Canada pour la majeure partie de sa carrière, cependant, sa musique a attiré l'attention en dehors de son lieu de résidence ; peut-être la preuve la plus équitable est fournie en notant son prix Maple Blues Award (2012) et sa reconnaissance d'Ambassadeur du Blues décernée par le réseau Blues Underground. Il a quatre albums à son actif, qui ont figuré dans le top 50 de Roots Music Report (album, classement Soul Blues), et ses œuvres originales ont été diffusées sur des playlists radio au Canada, en Europe et aux États-Unis. De plus, Kozak a partagé la scène avec des artistes tels que Duke Robillard, David Vest (qui est également un ancien du BTC), et Lee Oskar, pour n'en citer que quelques-uns. La liste des réalisations est plus étendue, cependant, les informations fournies ici suffisent à justifier une enquête objective.


Étant donné la durée et les caractéristiques de sa carrière, il est raisonnable de penser que Kozak peut offrir aux lecteurs un aperçu des coulisses en partageant son expérience, son processus et/ou ses réflexions. Sachant que Kozak est un artiste indépendant, la première curiosité était de savoir ce qu'il pense être certains éléments clés pour rester sur la scène du blues en tant qu'artiste indépendant. Lorsqu'on lui demande, Kozak répond :


"Être un chef de groupe est essentiel pour moi. Publier de nouveaux matériaux est également un moyen de rester pertinent. Nous avons les réseaux sociaux maintenant, donc tenir les gens informés et leur faire savoir ce qui se passe est également utile. En étant capable de plaider en faveur de soi-même à travers la promotion et une approche autodirigée, il y a finalement plus de contrôle sur sa carrière. Je suis quelqu'un qui croit en l'idée qu'il faut être celui qui 'conduit le bus'. Le réseautage est également un excellent moyen d'interagir avec d'autres musiciens et personnes qui sont sur la scène ; il est important de savoir à quoi ressemble la scène et de connaître les personnes qui en font partie."


En apprenant certains des principes et des pratiques de Kozak qui le maintiennent immergé et actif en tant qu'artiste indépendant, il est juste de savoir ce qu'il pense être difficile dans la scène blues actuelle au Canada en tant qu'artiste interprète. Sa réponse met en lumière certains problèmes qui ont été partagés par des musiciens à travers le pays, et Kozak offre quelque chose qui examine l'industrie d'une manière plus large :


"Nous avons tous perdu tellement d'élan, avec la pandémie de covid-19, à travers toute la scène musicale. Une autre chose qui peut être difficile au Canada, c'est les déplacements ; le Canada est un grand pays, et le coût des déplacements peut présenter un défi considérable également. Quand je pense au blues en général, obtenir de nouveaux auditeurs et fidéliser un public plus jeune est également un défi constant ; le blues est un marché de niche. Ce n'est pas que les nouveaux ou les jeunes auditeurs n'aiment pas ça - ils le font ; c'est une question de rendre effectivement un nouveau public exposé à cela."

 

           Dans cette conversation particulière avec Kozak, tout le contenu qui a été enregistré est entreprenant, cependant ; il y a encore l'opportunité d'examiner sa biographie pour en savoir plus sur lui en tant qu'artiste. Bien que sa carrière soit documentée, la curiosité restante est de savoir comment Steve Kozak est arrivé initialement au Blues. L'histoire de Kozak est ce qui valide la question :


"Quand j'avais environ dix-sept ans, un de mes cousins m'a fait découvrir Johnny Winter, Willie Dixon et les anciennes chansons de Fleetwood Mac - et j'ai commencé à jouer de la guitare peu de temps après. J'ai vu Muddy Waters en 1977. Il a fini par jouer pendant cinq soirées, et nous (Kozak et la personne avec qui il a assisté au concert) avons fini par lui parler dès la première nuit. Il nous a invités à être ses invités spéciaux en coulisses, et nous avons passé les quatre nuits suivantes à discuter et à traîner avec lui. Je ne veux pas être cliché, mais Muddy a essentiellement encouragé l'idée de garder le Blues vivant. La vérité est qu'il n'y avait pas beaucoup de joueurs comme Muddy sur la scène à cette époque, et il était tellement encourageant à propos de l'idée de maintenir cette musique en vie - c'est l'une des choses qui a scellé l'accord pour moi."


Il est à noter qu'au cours du temps de Kozak en tant que joueur de blues, une génération entière est passée. Selon les écrivains/chercheurs, le dernier artiste de blues vivant qui faisait partie de ce qu'on appelle la Grande Migration (l'exode vers le nord des Noirs du Sud) est Buddy Guy (qui a pris le train pour Chicago depuis la Louisiane à l'automne 1957). Pour offrir aux lecteurs un contexte, Muddy Waters a apporté son style de blues du Delta à Chicago en 1943 pendant la Grande Migration, et a modifié son son du Delta ; il est crédité par beaucoup comme l'un des artistes qui a eu une influence majeure dans la transformation du genre du blues pendant cette période. De nos jours, l'idée qu'un artiste jeune ou émergent puisse avoir accès à l'expérience de Kozak est impossible. En plus de cette génération d'artistes étant virtuellement disparue, le paysage de la musique live lui-même a changé - l'exemple le plus évident étant le fait que les résidences de cinq nuits au Canada appartiennent également au passé.


En apaisant objectivement les curiosités qui subsistent, après avoir compris un dossier professionnel de plus de 30 ans, Steve Kozak a offert aux lecteurs un aperçu qui n'a pas été trouvé ailleurs. En emmenant les gens "derrière le rideau", en mettant ses propres pensées et expériences sur enregistrement, il a, peut-être, mis en lumière quelques questions plus larges dans le Collectif canadien de blues qui valent la peine d'être réfléchies. Toutes ses réponses sont raisonnablement liées à la conscience que maintenir le blues en vie est une responsabilité qui dépasse le simple fait de "décrocher le prochain concert".


Alors que cette édition de "Derrière le rideau" tire à sa fin, je suis convaincu que les lecteurs de toutes sortes ont acquis quelque chose de plus sur l'artiste mentionné, et cela inspire une enquête indépendante plus approfondie. Chaque artiste présenté dans cette rubrique a un dossier professionnel qui ne peut pas être couvert ici, il est donc toujours encouragé de se renseigner sur la musique et la carrière qui étayent ces conversations. Dans le cas de Steve Kozak, il y a un lien direct avec ses propres expériences et défis, et, par observation, le paysage du blues canadien dans son ensemble. Cet article est une contribution mensuelle régulière, publiée exclusivement dans le magazine Sound Café dans le but de fournir un aperçu plus profond des artistes de blues canadiens qui sont au cœur du Collectif de musique blues.   


Steve Kozak

Crédit photo : Sue Kozak.



Crédit photo : Nick Harding.

Erin McCallum

La musicienne de blues en tournée, Erin McCallum, a fait ses études postsecondaires formelles en études des médias (actualités, radio), obtenant son diplôme du Humber College en Ontario. Elle a ensuite été mentorée par Robert Holiday, intronisé au Temple de la Renommée des Actualités Canadiennes, et est une écrivaine régulièrement publiée dans le domaine de la musique et du journalisme d'investigation, se concentrant sur la musique depuis les six dernières années. Erin a une chronique mensuelle exclusive dans The Sound Cafe mettant en vedette des musiciens et des professionnels de l'industrie de tout le Canada travaillant principalement dans les genres du blues et des racines.



Erin McCallum. Voix puissante. Son imposant.


Découvrez la distinction de légende et héritage du blues d'Erin McCallum.



Lisez-en plus d'Erin...

www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-michael-fonfara  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-nick-harding  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-brooke-blackburn  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-harrison-kennedy  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-colin-linden  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-howard-moore  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-miss-emily  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-gary-kendall  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-bob-omar-tunnoch  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-david-vest  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-brandon-isaak  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-jim-casson  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-rita-chiarelli  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-crystal-shawanda  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-colin-james  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-chuck-jackson  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-sherman-tank-doucette  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-pat-carey  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-tom-lavin 

Commentaires


bottom of page