top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurErin McCallum

Derrière le rideau : Kenny "Blues Boss" Wayne


Kenny “Blues Boss” Wayne


Les lecteurs réguliers de cet article connaissent probablement son objectif : apporter au public quelque chose de plus sur les artistes au cœur du Canadian Blues Collective. Ce « quelque chose de plus » offre des aperçus et des informations qu’on ne trouve pas dans les communiqués de presse habituels ou les biographies des artistes présentés. Ce contenu innovant est découvert en suivant une méthode qui inclut une connaissance approfondie de l'artiste avant d'engager une conversation directe ; les curiosités restantes – après avoir exploré toute la carrière de l'artiste – servent de base à la discussion. Plonger dans la biographie d'un artiste permet au lecteur de « passer derrière le rideau » – et l’aperçu recherché ne peut être fourni que par les artistes eux-mêmes via une interview d'investigation. Il est également courant que les artistes présentés dans cette colonne aient un nom et un parcours professionnel accessibles et identifiables par tous les lecteurs de cette exclusivité mensuelle. Les lecteurs sont toujours encouragés à en apprendre davantage sur les artistes présentés dans « Behind The Curtain » via d'autres plateformes ; il est impossible de fournir la biographie complète d'un artiste en une seule édition, et l'objectif principal ici est de fournir des informations qu’on ne trouve nulle part ailleurs. Pour ce numéro, l'artiste en question est le pianiste et chanteur de blues de longue date, Kenny « Blues Boss » Wayne.


Cette édition de « Behind The Curtain » doit commencer par une divulgation complète : Kenny « Blues Boss » Wayne est un artiste américain qui a fermement planté ses racines au Canada depuis plus de deux décennies. Bien qu'il ne soit pas canadien de nationalité, il est au cœur du Canadian Blues Collective depuis plus longtemps que certaines carrières de bluesman professionnel ne durent. Né à Spokane, Washington, aux États-Unis, la carrière professionnelle de Kenny « Blues Boss » Wayne a débuté en 1962 et est restée active depuis. Pour offrir aux lecteurs un contexte, il est utile de savoir que la première introduction de Wayne à la musique s'est faite en jouant du gospel, et il a joué une variété de genres au cours de sa carrière avant d'adopter le blues comme son centre d'intérêt à plein temps. Wayne a été reconnu pour ses contributions musicales ; notamment pour les Canadiens, il a reçu trois nominations aux prix JUNO (« Meilleur album de Blues/Gospel » en 1997, et « Meilleur album de Blues » en 1999 et 2000), et a été récompensé par un JUNO en 2006 pour son album « Let It Loose » (Electro-Fi). Il y a d'autres prix et reconnaissances qui peuvent être mentionnés, cependant ; les informations ci-dessus suffisent à justifier cette enquête particulière.


En sachant que Wayne est originaire des États-Unis (et y a commencé sa carrière de musicien professionnel), la première curiosité était de savoir ce qui l'a conduit au Canada – c'est une question légitime, compte tenu de la différence de population et des origines du blues et de la musique roots telles que nous les connaissons aujourd'hui. La réponse de Wayne offre un aperçu qui, peut-être, raconte une histoire plus large que le simple parcours personnel qu'il partage :


« J'ai appris mes débuts et mon style aux États-Unis, et cela a été très utile dans mon parcours. J'ai commencé avec le gospel, et c'est vraiment la racine de tout. Quand je suis arrivé au Canada, cela m'a permis de me concentrer davantage sur le blues. Quand j'ai commencé, je ne voyais pas le blues comme une chose très viable ; la plupart des gars que je connaissais qui jouaient du blues avaient aussi un travail de jour. Quand je jouais du blues aux États-Unis, je n'y pensais pas beaucoup – ce n'était pas une musique traitée comme une forme d'art à part entière – c'était juste ce que nous faisions. Je ne pensais pas que je devais l'expliquer aux gens, ou que c'était une forme d'art musicale qui avait sa propre importance, ou que quelqu'un était intéressé à en savoir plus sur ce que nous faisions. Le Canada est un pays formidable, car il soutient tous les genres de musique, grâce à des subventions et des initiatives… Les gens au Canada m'ont encouragé à approfondir le blues, et cela a commencé à attirer l'attention. Je savais que me concentrer sur le blues ne me rendrait jamais riche et célèbre, mais je savais aussi que c'était une partie de moi. »

 

     Kenny "Blues Boss" Wayne commence à apporter sa propre perspective aux lecteurs, en partageant son parcours à travers son propre prisme. Comprenant ses racines et sa philosophie personnelle sur la musique gospel, il était logique de lui demander pourquoi il s'était tourné vers le blues et l'avait adopté comme son objectif principal :


"Je peux probablement expliquer comment je suis arrivé au blues en racontant une histoire. Quand je suis allé en France, j'étais curieux de savoir pourquoi il y avait tant d'attention portée au blues - les gens s'intéressaient à cette forme d'art. Jouer du blues aux États-Unis n'était pas comme ça parce que c'est de là que ça vient. C'était intéressant pour moi, parce que nous n'expliquions pas cela aux États-Unis quand nous le faisions ; la façon dont il est joué dit aux gens ce qu'est le blues quand vous êtes à l'endroit d'où il vient. L'intérêt pour l'apprentissage du blues et de ses origines était quelque chose de nouveau pour moi. Je me sentais lié à cela et avais une raison de jouer du blues, sachant que c'est une forme d'art que les gens veulent connaître. L'idée que les gens s'intéressent à la musique et à son histoire, comme je l'ai dit, était très nouvelle pour moi. Les gens s'intéressaient à mon histoire de blues, et j'ai trouvé cela très touchant, alors j'ai pensé, peut-être que c'est ma mission - raconter mon histoire. Quand nous voyageons dans le monde en jouant du blues, nous ne sommes pas là en tant que touristes - nous y allons en tant qu'ambassadeurs."


Sachant que Kenny "Blues Boss" Wayne s'est principalement concentré sur le blues depuis des décennies (Wayne possède également de solides capacités musicales dans des genres tels que le gospel, le funk, le boogie-woogie, et plus encore), il était logique de lui demander pourquoi il reste fidèle à ce genre. Sa réponse :


"La raison pour laquelle je joue du blues... Quand vous atteignez vos années de maturité, vous revenez à vos racines ; c'est presque comme 'rentrer à la maison'. Vous ne voulez pas rester à la maison tout le temps, mais vous voulez revenir après avoir exploré le monde. Pour moi, le blues, c'est comme rentrer à la maison."


En apprenant les aspects de l'histoire de Wayne qui dévoilent davantage sa décision de se consacrer au blues, il devient clair que cette musique fait partie de son but personnel. Ce qui est consigné ici offre aux lecteurs l'aperçu exclusif promis par cette rubrique, mais la conversation elle-même a suscité une dernière question. Compte tenu de ce qui a été appris au cours de cette enquête (et en connaissant l'histoire de Wayne en tant

qu'ambassadeur et joueur de blues de longue date), il semblait logique de lui poser une dernière question qui est discutée parmi les membres de la communauté blues du monde entier. Dans le contexte de l'évolution de la musique au cours de la dernière génération, Kenny "Blues Boss" Wayne a été interrogé : Le blues est-il vivant et en bonne santé ?


"Oui. Le blues est vivant et en bonne santé. Peut-être pas dans sa pureté, mais le blues se manifeste dans tout ce que vous entendez ; le funk, le rap, le R&B, la country – tout vient du blues. L'ingrédient du blues est présent dans tous les mélanges ; c'est juste une question de quel goût vous recherchez. Bien sûr, le blues lui-même va changer avec les générations ; d'où vient le blues n'est pas ce qui se passe aujourd'hui, et les gens qui le jouent partout dans le monde le jouent à travers leur perspective, donc, bien sûr, cela change. La façon dont je le vois est la suivante : Si nous pouvons penser au blues comme à un train... Si quelqu'un d'aujourd'hui voyait un train d'il y a 100 ans, il saurait que c'est un train, mais il aurait l'air et fonctionnerait un peu différemment. Ils ne seraient peut-être pas familiers avec le charbon ou la vapeur qui le faisaient avancer, mais ils sauraient ce que c'est. Aujourd'hui, le train est différent ; il fonctionne et ressemble différemment qu'il y a 100 ans, mais c'est toujours un train, et les gens peuvent toujours monter à bord et aller là où ils veulent. Je pense que c'est bien que le blues ait évolué de cette manière. Tout comme un train, il a changé avec le temps. Le blues est une façon de raconter une histoire, et les gens qui racontent leur histoire en jouant du blues le font à travers leurs expériences et leurs ressources d'aujourd'hui."


En répondant à cette dernière question spontanée, on peut dire que l'analogie de Wayne répond également à une requête courante de "garder le blues vivant" - en se basant sur sa réponse, on peut vraisemblablement supposer que Kenny "Blues Boss" Wayne pense que le blues n'a jamais vraiment eu besoin d'être sauvé.


Alors que cette édition de "Behind the Curtain" touche à sa fin, j'espère que les lecteurs de tous horizons ont appris quelque chose de plus sur l'artiste mentionné, et que cela les incite à mener d'autres investigations. Chaque artiste présenté dans cette colonne a un parcours professionnel qui ne peut être entièrement couvert ici, il est donc toujours encouragé de se renseigner sur la musique et la carrière qui soutiennent ces conversations. Dans le cas de Kenny "Blues Boss" Wayne, il y a quelque chose à extrapoler au-delà de ses faits marquants de carrière, et il y a beaucoup à apprendre sur son parcours professionnel en dehors de cette rubrique. Cet article est une contribution mensuelle régulière, publiée exclusivement dans le magazine Sound Café, avec l'intention de fournir un aperçu plus approfondi des artistes de blues qui sont au cœur du Blues music Collective.


Kenny “Blues Boss” Wayne



Erin McCallum

La musicienne de blues en tournée, Erin McCallum, a suivi des études supérieures en études médiatiques (actualités, radio) et a obtenu son diplôme du Humber College en Ontario. Elle a ensuite été mentorée par Robert Holiday, intronisé au Canadian News Hall of Fame. Erin est une auteure régulièrement publiée dans le domaine de la musique et du journalisme d'investigation, se concentrant sur la musique depuis six ans. Erin tient une chronique mensuelle exclusive dans The Sound Cafe, mettant en vedette des musiciens et des professionnels de l'industrie de tout le Canada qui travaillent principalement dans les genres Blues & Roots.

Crédit photo : Nick Harding.



Erin McCallum. Grande voix. Grand son.


Découvrez la distinction Erin McCallum Blues Legend & Legacy


Lisez plus d'articles d'Erin ...

www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-michael-fonfara  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-nick-harding  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-brooke-blackburn  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-harrison-kennedy  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-colin-linden  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-howard-moore  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-miss-emily  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-gary-kendall  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-bob-omar-tunnoch  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-david-vest  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-brandon-isaak  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-jim-casson  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-rita-chiarelli  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-crystal-shawanda  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-colin-james  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-chuck-jackson  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-sherman-tank-doucette  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-pat-carey  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-tom-lavin 

Σχόλια


bottom of page