top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurErin McCallum

Derrière le rideau : Diana Braithwaite


Diana Braithwaite

           

Dans chaque édition de "Behind The Curtain", l'objectif est d'apporter aux lecteurs quelque chose d'entrepreneurial. Les lecteurs réguliers de cette rubrique mensuelle savent que la méthode reste la même à chaque numéro ; le contenu exclusif arrive ici via une conversation directe avec l'artiste d'intérêt. Découvrir de nouveaux éclairages est mieux obtenu lorsqu'il existe une connaissance fondamentale du parcours professionnel de l'artiste présenté ; chercher dans la biographie d'un artiste est la source des curiosités qui conduisent à en savoir plus. Comme indiqué dans chaque édition, il est toujours encouragé aux lecteurs de découvrir davantage sur les artistes mis en avant dans cette rubrique grâce à d'autres sources disponibles ; cet espace se concentre sur la découverte de ce qui ne peut être trouvé ailleurs. Couvrir des artistes dont la biographie est bien établie - et facilement accessible - est crucial pour atteindre cet objectif, et ce numéro suit le même processus.

Dans le numéro de ce mois-ci, l'enquête met en vedette une conversation sincère avec la chanteuse, auteure-compositrice et pilier du Canadian Blues Collective depuis les années 1990, Diana Braithwaite. Cette enquête se concentre également exclusivement sur un sujet : comment le Canadian Blues Collective répond à l'appel pour une représentation accrue des personnes noires au sein de la communauté Blues dans son ensemble.


C'est un sujet sensible pour beaucoup, et le sujet remonte à l'époque où la musique a été adoptée par des personnes en dehors de la population noire. Après le meurtre de George Floyd (25 mai 2020), un projecteur a été distinctement pointé sur certains des coins sombres depuis longtemps de l'industrie musicale du Blues en ce qui concerne la race et l'inclusion - ou leur absence. Aujourd'hui, aussi sensible que le sujet puisse être, il reste pertinent - il est juste de fournir aux lecteurs un aperçu actuel de la perspective de Diana. Pour fournir un contexte, Braithwaite a prononcé le discours liminaire lors du Blues Summit 10 (la plus grande conférence Blues au Canada, organisée par la Toronto Blues Society) à Toronto, en Ontario, au Canada en 2022 (19 juin), où elle a identifié des problèmes et a lancé un appel à l'action, de manière ouverte et inclusive (Pour ceux qui souhaiteraient visiter/revoir son discours liminaire en entier, il est toujours disponible via une recherche sur YouTube). Pour plus de contexte, il est important de mentionner que Diana est une artiste noire descendant des pionniers du comté de Wellington (le premier établissement africain en Ontario) au Canada ; elle a des racines dans le sud des États-Unis et ses ancêtres ont échappé à l'esclavage par le biais du Chemin de fer clandestin. Il y a encore plus à savoir sur la carrière professionnelle de Braithwaite, cependant, le contexte fourni ici donne crédibilité à cette enquête et justifie le contenu de cette caractéristique particulière.


La conversation avec Braithwaite a eu lieu avec la compréhension prédéterminée que le but était de faire suite à son discours lors du Blues Summit 10, ce qui lui a permis de mettre ses mots directement sur le dossier. Gagnante du Maple Blues Award (Auteure-compositrice de l'année) et du African-American Women in the Arts Award, Braithwaite a commencé en faisant référence et en répétant un message qui était fondamental dans son discours de 2022 :

 

Le blues est né à une époque où aucun dispositif de protection n'était en place pour préserver la culture, le développement et l'appellation de notre musique, contrairement à ce qui se passait avec la musique classique européenne. C'était une musique fine, aimée et acceptée, mais dans de nombreux cas, nous n'étions pas en mesure de la protéger, ce qui a fait que nous avons perdu le contrôle du développement et de la définition de ce qu'était le blues. Il est devenu bien des choses. Pendant longtemps, c'était ainsi et de nombreuses personnes dans le monde entier ont appris à aimer et à apprécier cette musique extraordinaire et expressive appelée le blues. Et cela était, et est encore, une chose fantastique.


Comme je l'ai mentionné dans mon discours liminaire, "Nous savons que vous ne pouvez pas remettre ce génie dans la bouteille", donc ce n'est pas de cela dont il s'agit dans cette conversation et ce développement actuels. Il ne s'agit pas de retourner dans le passé. Il ne s'agit pas de faire du blues exclusivement pour et par les personnes noires. Nous avons besoin que plus de gens aiment le blues, pas moins. Cependant, nous en sommes propriétaires. Et ce fait jouera un rôle important dans l'avancement. Après tout ce que nous avons traversé, nous devons posséder quelque chose. Notre lien avec le blues est plus profond que la chanson ou qui joue sur l'enregistrement. Nous posséderons toujours le blues - c'est dans notre ADN - mais toutes les personnes sont les bienvenues et encouragées à apprécier la musique et à jouer la musique.


J'ai évoqué des idées dans mon discours liminaire sur la manière dont les choses pourraient évoluer à partir de maintenant. Il y a toute une histoire et une histoire qui doivent être comprises et comprises. C'est un nouveau jour, il y a de nouvelles façons de faire les choses. Différentes des façons et des attitudes des années 20 et 30. Et c'est à nous tous, de tous âges et de toutes générations dans le monde du blues aujourd'hui, de trouver un moyen de maintenir le blues en vie et de le faire avancer à partir de là. Parce que personne d'entre nous ne veut perdre le blues!


Le message de son discours était également très clair sur le fait que l'inclusion de plus de personnes noires dans la communauté du blues était un élément nécessaire pour maintenir l'art. Un autre sujet que Diana Braithwaite a abordé dans son discours de 2022 portait sur l'importance de maintenir le dialogue ouvert (en partie : "J'espère, lorsque vous quitterez cet endroit aujourd'hui, que ce discours vous inspirera à continuer le dialogue, à poser des questions, à envisager des situations, à réfléchir à des choses... demandez à quelqu'un si vous ne savez pas.") - maintenant que l'éléphant proverbial était de nouveau dans la pièce. Après presque deux ans, il est logique de lui demander si elle a remarqué des changements au sein de la communauté musicale blues canadienne concernant ces composants de son discours :


"J'ai remarqué quelques changements positifs et je suis heureuse d'avoir joué un rôle à cet égard. Ce que j'ai remarqué, ce sont quelques changements subtils ; des changements dans la programmation des festivals qui incluent davantage d'artistes noirs, et surtout, les gens sont beaucoup plus ouverts au dialogue. Il est très important de voir ces changements ; les gens en deviennent plus conscients et prêtent plus d'attention, et cela suscite une responsabilité de manière positive. C'est un processus continu qui prendra du temps, mais il va dans la bonne direction. Au cours de l'année écoulée, j'ai ressenti de l'enthousiasme quant aux changements positifs que j'ai constatés."


En apprenant que Braithwaite est encouragée par les changements qu'elle a constatés, il est juste d'établir un nouveau point de référence pour les lecteurs en lui demandant ce qu'elle pense qu'il faut encore faire dans le processus continu de respect des origines noires du blues tout en gardant l'art en évolution vivant de manière inclusive, sur la base de ses observations d'aujourd'hui:

 

          "Je pense qu'il y a toujours des opportunités pour accroître la sensibilisation dans toutes les cultures, mais nous (les personnes noires) devons être dans le coup et rester impliqués. Il est important, alors que nous avançons tous, de continuer à communiquer et à chercher des moyens de rendre la musique plus durable. Il est important que la prochaine génération comprenne la culture et les initiateurs du blues alors qu'il continue d'évoluer. À l'avenir, les artistes noirs doivent être présents et visibles. Avoir des rôles de leadership, être consulté et représenté est important. Lorsque toutes ces choses commencent à se produire, tout le monde impliqué dans l'industrie du blues peut se sentir plus confiant que le blues avance de manière plus positive et durable pour que tout le monde en profite."


En revisitant l'appel à l'action que Diana Braithwaite a lancé lors d'une conversation directe, les lecteurs ont compris ses pensées et observations spécifiques depuis son discours liminaire. Comme cela a été précédemment reconnu dans cette rubrique, l'enquête ici porte sur un sujet sensible pour beaucoup, cependant; réexaminer où en est cet appel au changement au sein de la communauté du blues aujourd'hui est pertinent pour tous ceux qui sont intéressés et impliqués dans la musique.


Alors que cette édition de "Behind the Curtain" touche à sa fin, je suis convaincu que les lecteurs de toutes sortes ont acquis quelque chose de plus sur l'artiste mentionnée, et cela inspire une investigation plus poussée. Chaque artiste présenté dans cette rubrique a un parcours professionnel qui ne peut être couvert ici, il est donc toujours encouragé de découvrir la musique et la carrière qui étayent ces conversations. Dans le cas de Diana Braithwaite, il y a un lien direct avec sa carrière et sa culture, cependant, il y a beaucoup à apprendre sur son parcours professionnel en dehors de cette rubrique. En faisant suite et en enquêtant sur un sujet qui dépasse le communiqué de presse ou la biographie de l'artiste présenté (plutôt qu'en lui-même), peut-être y a-t-il une suggestion plus grande que d'habitude pour les lecteurs de découvrir plus sur Diana Braithwaite via d'autres ressources. Cet article est une contribution mensuelle régulière, publiée exclusivement dans le magazine Sound Café dans le but de fournir un aperçu plus approfondi des artistes de blues canadiens qui sont au cœur du Blues Music Collective.



Diana Braithwaite



Crédit photo : Vince Jones.

Erin McCallum

Musicienne de blues en tournée, Erin McCallum a suivi des études supérieures formelles en études médiatiques (actualités, radio). Diplômée du Collège Humber en Ontario, elle a été mentorée par Robert Holiday, intronisé au Canadian News Hall of Fame. Erin est également une auteure régulièrement publiée dans les domaines de la musique et du journalisme d'investigation, se concentrant sur la musique depuis les six dernières années. Elle dispose d'une colonne mensuelle exclusive dans The Sound Cafe mettant en avant des musiciens et des professionnels de l'industrie venant de partout au Canada et travaillant principalement dans les genres du blues et des racines.


Erin McCallum. Une grande voix. Un grand son.


Assurez-vous de consulter la distinction légendaire et héritage blues d'Erin McCallum


Lisez-en plus d'Erin...

www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-michael-fonfara  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-nick-harding  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-brooke-blackburn  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-harrison-kennedy  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-colin-linden  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-howard-moore  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-miss-emily  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-gary-kendall  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-bob-omar-tunnoch  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-david-vest  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-brandon-isaak  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-jim-casson  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-rita-chiarelli  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-crystal-shawanda  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-colin-james  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-chuck-jackson  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-sherman-tank-doucette  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-pat-carey  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-tom-lavin 



Comments


bottom of page