top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurErin McCallum

Derrière le Rideau: Al Lerman


Crédit photo: Drew Monrad.



Chaque édition de "Derrière le Rideau" est présentée avec le même objectif : offrir aux lecteurs quelque chose de plus que ce que la simple annonce de presse ou la biographie ne donne sur les artistes au cœur du Canadian Blues Collective. En étudiant et comprenant en profondeur la carrière d'un artiste, on pose les fondations pour explorer toutes les curiosités qui subsistent. Examiner la biographie et découvrir quelque chose d'entrepreneur - directement de la source - offre aux lecteurs la meilleure compréhension. Pour le lecteur nouvellement initié, il est important de noter qu'il est toujours encouragé de rechercher davantage d'informations sur l'artiste via d'autres sources ; les artistes présentés dans "Derrière le Rideau" ont des biographies approfondies qui ne peuvent être couvertes dans les limites de cette rubrique. L'enquête de ce mois-ci sert d'approbation de la formule qui offre aux lecteurs quelque chose d'exclusif à apprendre sur un artiste de blues de longue date : le chanteur, compositeur et multi-instrumentiste Al Lerman.


Pour fournir aux lecteurs suffisamment d'informations justifiant une enquête objective, il est logique de partager quelques faits remarquables et identifiants sur la carrière de Lerman. Depuis plus de cinquante ans, Al Lerman se consacre à une carrière d'artiste de blues professionnel, et est surtout connu pour sa pratique de l'harmonica, son chant, sa guitare et ses offrandes au saxophone, ainsi que pour son activité prolifique de compositeur. Tout au long de sa carrière, il a tourné à l'international et peut être identifié par son travail dans divers projets tels que Fathead (en plus de ses contributions sur scène, il en était un membre fondateur et chef d'orchestre du projet, qui a également remporté deux prix JUNO pendant sa durée de vie), le Maple Blues Band, et son acte solo acoustique, qui met son nom en vedette. Lerman a reçu vingt-six nominations aux Maple Blues Awards dans diverses catégories, compte quatre albums solo à son actif et a joué sur et/ou produit un nombre important d'enregistrements tout au long de sa carrière. Il reste actif en tant que musicien professionnel, concentrant aujourd'hui une grande partie de ses efforts sur son travail en solo, mettant en valeur son œuvre originale tout en chantant, jouant de la guitare et de l'harmonica. Comme indiqué précédemment, les informations susmentionnées justifient cette enquête particulière ; la biographie de Lerman est plus étendue que ce qui est mentionné, et il est toujours encouragé aux lecteurs de rechercher davantage d'informations en dehors de ce forum. En examinant la carrière d'Al Lerman, la question restante qui justifie cette enquête est de savoir quel est le fil conducteur commun dans une carrière aussi longue et diverse.


Sachant que l'histoire professionnelle de Lerman l'a placé dans divers environnements de groupe (du chef d'orchestre au musicien de soutien, artiste solo à un ensemble de 10 musiciens), il est approprié de se demander quelles sont les principales différences entre être chef d'orchestre, faire partie d'un ensemble plus large et mettre en avant son travail en tant qu'artiste solo :


"Il y a beaucoup plus de pression lorsque vous êtes le chef d'orchestre d'un groupe. Lorsque vous êtes seul, les gens n'ont pas besoin de savoir 'où allons-nous, que faisons-nous, combien cela coûte'. Cela n'a jamais été une dictature cependant - c'est juste que plus vous avez de personnes à gérer, plus les choses peuvent mal tourner. Par là, je veux dire que lorsque vous dirigez un projet, il y a plus de facteurs en jeu. Il y a beaucoup plus à faire ; quand je dirigeais Fathead, il y avait des moments où je travaillais huit heures par jour avant même de monter sur scène. En dehors de l'aspect d'être chef d'orchestre, lorsque vous êtes musicien dans un grand ensemble, vous servez de rouage dans le moteur, faisant partie du son global - apportant votre contribution, du mieux que vous pouvez, pour contribuer à ce son plus vaste. Lorsque vous jouez en solo, vous apportez toutes les parties, donc c'est une approche différente. Lorsque vous faites partie d'un groupe, vous écoutez et vous comptez les uns sur les autres pour trouver cet espace commun où la chanson sonne au mieux ; lorsque vous jouez en solo, vous comptez sur vous-même pour tout - le groove, la connexion avec le public et le rythme général du spectacle - et c'est une responsabilité différente."

 

         Sans indiquer de préférence dans sa dernière réponse, Lerman laisse entendre qu'il n'y en a probablement pas. Il est intéressant d'en apprendre davantage sur son introduction au blues, pour découvrir ce qui est au cœur de la philosophie selon laquelle ce n'est que l'approche - pas la préférence - qui change avec la grande variété de rôles que Lerman a assumés tout au long de sa carrière professionnelle. Interrogé sur ses premières expériences de blues, Lerman déclare:


"Sonny Terry & Brownie McGhee ont été les premiers blues auxquels j'ai été introduit ; je les ai vus pour la première fois à l'âge de 11 ans, et je les ai simplement trouvés formidables. Je les ai vus en concert de nombreuses fois - près de quarante fois - et leur musique a été une grande influence pour moi. Ensuite, j'ai découvert des artistes comme Paul Butterfield, et entre eux, cela donne un spectre assez complet du paysage du blues. En tant que musicien, j'ai eu une guitare en premier, puis j'ai eu un harmonica, et vers l'âge de seize ans, je jouais toute la journée, et c'est là que j'ai pris la décision de devenir musicien professionnel. Je n'ai commencé à jouer du saxophone que dans les années 70, mais c'était quelque chose qui m'intéressait à explorer. Je me suis toujours considéré comme un joueur d'harmonica avec une "force majeure" - quelqu'un qui joue aussi de la guitare, chante et joue du saxophone. J'ai toujours été intéressé à continuer d'apprendre ; peu importe depuis combien de temps je joue d'un instrument, cet intérêt pour l'apprentissage ne s'arrête jamais - j'apprends toujours."


Sur la base des propos de Lerman, des indices commencent à montrer que la polyvalence de sa carrière est peut-être présagée par la polyvalence de ses premières rencontres avec le blues. En utilisant cette connaissance comme base, interroger Lerman sur les conseils qu'il offrirait aux artistes aspirants permet de découvrir davantage sur lui ; connaître ses recommandations aidera les lecteurs à comprendre davantage quel "élément" intangible a été une clé de son succès et de sa longévité. Lorsqu'on lui pose la question, Lerman déclare:


"Je m'entraîne beaucoup - pas nécessairement des gammes, mais je joue pendant deux heures par jour, au moins. Je pense aussi qu'il est important de s'entourer de personnes qui sont au moins aussi bonnes - espérons-le mieux - que vous ; cela peut vraiment vous aider à vous améliorer, à élargir vos compétences et à vous donner des idées que vous ne trouveriez pas simplement en vous entraînant seul. Une autre chose que je dirais aux gens, c'est ceci : je pense qu'il est important de connaître vos points forts et d'être content de ce que vous avez à offrir ; ce que vous faites est unique, et avoir la confiance que ce que vous présentez mérite un public est important. De plus, il y a beaucoup à dire sur le fait de sortir et de vous mettre dans des situations gênantes - c'est un très bon professeur. (rires)."


Lerman continue d'offrir des conseils à ceux qui cherchent à suivre le même chemin en tant que musicien professionnel :


"Je pense que si vous voulez être musicien professionnel, vous devez être professionnel à ce sujet - travaillez avec des personnes qui partagent la même vision et qui le traitent également de manière professionnelle - c'est crucial. Bien sûr, la compétence musicale doit être là aussi ; je suis musicien depuis plus de cinquante ans, et je travaille toujours dessus et cherche toujours à m'améliorer. Une autre chose que je pense vraiment importante pour grandir en tant qu'artiste, c'est ceci : quand vous êtes à côté de quelqu'un qui fait ce que vous faites sur scène, vous allez apprendre quelque chose."


À mesure que la conversation touchait à sa fin, le fil conducteur commun qui était présent lors de l'examen des différentes parties de la carrière de Lerman dans cette enquête est : l'expérience. La longévité d'une carrière d'un demi-siècle, ses paroles de sagesse pour les autres, les projets auxquels il a participé et sa capacité à travailler dans une variété diversifiée d'ensembles et de contextes sont tous fondés sur - et renforcés par - l'expérience.


À la clôture de cette édition de "Derrière le Rideau", j'ai confiance que les lecteurs de toutes sortes ont acquis quelque chose de plus sur l'artiste en question, et cela les inspire à approfondir leurs investigations. Chaque artiste présenté dans cette rubrique a une base biographique qui ne peut être couverte ici, il est donc toujours encouragé de se renseigner sur la musique et la carrière qui étayent ces conversations. Dans le cas d'Al Lerman, il y a une connexion directe entre sa carrière diversifiée et son expérience. Cet article est une contribution mensuelle régulière, publiée exclusivement dans le magazine Sound Café, dans le but de fournir un aperçu plus approfondi des artistes de blues canadiens qui sont au cœur du collectif de musique blues.


Crédit photo: Bill Griffin. 



Crédit photo:Prashant Rawate

La musicienne de blues en tournée, Erin McCallum, a suivi des études supérieures formelles en études médiatiques (actualités, radio). Diplômée du Humber College en Ontario, elle a ensuite été mentorée par Robert Holiday, intronisé au Panthéon de la renommée des nouvelles canadiennes. Elle est également une écrivaine régulièrement publiée dans le domaine de la musique et du journalisme d'investigation, se consacrant principalement à la musique depuis les six dernières années. Erin dispose d'une colonne exclusive chaque mois dans The Sound Cafe, mettant en vedette des musiciens et des professionnels de l'industrie de partout au Canada, qui travaillent principalement dans les genres du blues et des racines.



Erin McCallum. Grande voix. Grand son.


Découvrez la Distinction Légende et Héritage Blues d'Erin McCallum.


Lisez davantage d'Erin...

www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-michael-fonfara  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-nick-harding  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-brooke-blackburn  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-harrison-kennedy  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-colin-linden  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-howard-moore  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-miss-emily  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-gary-kendall  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-bob-omar-tunnoch  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-david-vest  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-brandon-isaak  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-jim-casson  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-rita-chiarelli  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-crystal-shawanda  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-colin-james  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-chuck-jackson  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-sherman-tank-doucette  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-pat-carey  www.thesoundcafe.com/post/behind-the-curtain-tom-lavin 



Comments


bottom of page