top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurStevie Connor

Chanteur-compositeur américain Tom Heyman en tournée avec Dan Stuart (Green On Red) pour promouvoir l'album '24th Street Blues'



La San Francisco contemporaine est souvent stéréotypée soit comme une ville pleine de jeunes nomades de la tech faisant la queue pour du café artisanal, soit comme un paysage apocalyptique infesté de zombies au fentanyl et de criminalité de rue. Cependant, sur son sixième album, '24th Street Blues', Tom Heyman chante d'un lieu plus banal, équilibrant l'obscurité croissante d'un paysage urbain surdéveloppé avec la beauté fragile et persistante de l'endroit qu'il appelle chez lui.


Heyman vit dans un local commercial converti, étendu et délabré, situé dans la 24e rue, au cœur du quartier de la Mission à San Francisco, depuis le tournant du millénaire. Décrivant des observations et des interactions issues d'années de lutte pour vivre et travailler dans le quartier, alors qu'il a traversé les tempêtes et les conséquences de l'expansion ploutocratique, '24th Street Blues' donne l'impression qu'il a involontairement suivi le credo de Mark Twain "Écris ce que tu connais" autant qu'il s'agit d'un concept.


Les personnages des chansons de Heyman cherchent à exister (et parfois à périr) sous les grues imposantes qui parsèment l'horizon de la ville, tissant des récits intemporels avec de l'américana rappelant par moments les réverbérations rouillées de la 'The Basement Tapes' de Dylan ou le boogie brûlant de JJ Cale, tandis que d'autres moments rappellent les mélodies magnifiquement épurées de Gordon Lightfoot et l'économie de mots qui caractérisait John Prine. Sur des tapisseries principalement acoustiques, Heyman chante des histoires de familles déplacées, de bohémiens en danger, de travailleurs migrants, de faiseurs de trottoir, de musiciens survivants, de délinquants juvéniles, de travailleurs de bar endurcis, d'amis toxicomanes, de campeurs sans-abri, de cultivateurs de cannabis et d'incendiaires propriétaires.


'24th Street Blues' dresse le portrait d'une San Francisco où les dettes pourraient ne jamais être entièrement payées, mais où les fleurs continuent de pousser des cendres de la ruée vers l'or numérique. Comme tout bon album, ses chansons opèrent une magie profonde sur l'auditeur avec des écoutes répétées, tandis que les paroles de Heyman prennent résidence dans la périphérie de l'esprit comme les passages spectraux d'un roman de Denis Johnson. Qu'il obscurcisse les portes des nombreuses maisons de style victorien de son quartier ou partage un verre avec un barman vétéran, Heyman hante les poches durables et évanescentes de la gloire passée de San Francisco assez longtemps pour devenir l'un des fantômes vivants de ses propres chansons.


En plus de son travail en solo, Heyman a passé des années en tant que guitariste et joueur de pedal steel recherché, enregistrant et tournant avec une grande variété d'artistes, dont Hiss Golden Messenger, Chuck Prophet, Sonny Smith, Kelley Stoltz, Alejandro Escovedo, John Doe, Roy Loney et Penelope Houston. En effet, son jeu de pedal steel est l'un des fils sonores distincts tissés à travers une grande partie de '24th Street Blues'. L'album a été produit par Mike Coykendall (M. Ward) et mixé par Scott Hirsch (Hiss Golden Messenger).



TOUR AU ROYAUME-UNI MARS 2024

en soutien à DAN STUART (GREEN ON RED)

13.03.24  BRISTOL Hen & Chicken

14.04.23  HIGH WYCOMBE Kingsmead House Concert

16.03.24  SHEFFIELD Greystones

17.03.24  YORK Rise @ Bluebird

18.03.24  BIRMINGHAM Kitchen Garden Cafe

19.03.24  DURHAM Old Cinema Launderette

20.03.24  LONDRES What’s Cookin’ @ Leytonstone Social Club

21.03.24  BRIGHTON Prince Albert

23.03.24  TWYFORD Swiss Cottage





SUIVEZ TOM HEYMAN




Comments


bottom of page