top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurThe Sound Cafe

Aysanabee et Raye Zaragoza publient le single 'Come Out' sur le label autochtone Ishkōdé Records


Par Stevie Connor.



Aysanabee, artiste canadien émergent de la scène alternative/indie, annonce une nouvelle chanson, "Come Out", avec la chanteuse-compositrice américaine acclamée Raye Zaragoza. "Come Out", sorti aujourd'hui via Ishkōdé Records, met en avant les voix de deux des artistes autochtones en pleine ascension de Turtle Island, tous deux anciens du International Indigenous Music Summit.


Une ode scintillante et aérienne à l'amour perdu, "Come Out" commence avec la structure de guitare pincée d'Aysanabee. Brûlante de lumière, la chanson s'intensifie en implorant la clarté, la direction et l'assurance. Ensemble, Aysanabee et Zaragoza étirent un moment dans le temps en quelque chose de beaucoup plus vaste et plus large ; la chanson est le produit à la fois de la collaboration et de la compassion. "Souvent, lorsque vous écrivez une chanson avec une autre personne, c'est pour un artiste ou pour l'autre", explique Aysanabee. "Celle-ci avait une connexion profonde pour nous deux, et je pense que cela se voit."


Depuis avoir marqué l'histoire en tant que premier artiste autochtone à atteindre la première place des classements de la radio alternative rock canadienne, jusqu'à figurer sur la liste restreinte et se produire au gala du Prix de musique Polaris, Aysanabee a parcouru une distance impressionnante, passant d'artiste non signé à artiste international récompensé. Son dernier EP, Here and Now, a montré des contours plus nets et un son imposant, traversé par un sentiment de décision, d'acceptation. Aysanabee (il/lui) est Oji-Cree, membre du clan Sucker de la Première Nation Sandy Lake, une communauté éloignée accessible uniquement par avion, dans les régions reculées du Nord-Ouest de l'Ontario.

Raye Zaragoza (elle/lui), d'ascendance mexicaine, japonaise, taïwanaise et Akimel O'otham, est une chanteuse-compositrice primée que NPR Music a qualifiée de "l'une des voix les plus fraîches et captivantes de la musique folk aujourd'hui". Son nouvel album, Hold That Spirit, est une célébration triomphante de la féminité et de la liberté, créé exclusivement avec une équipe de productrices, ingénieures, instrumentistes et co-auteures féminines. Le LA Times le décrit comme "un déluge torrentiel de catharsis folk jangly", et Folk Alley le qualifie de "chef-d'œuvre lyrique et sonore".


Aysanabee se joindra à Zaragoza à Knoxville, Tennessee, le 30 janvier 2024, pour Pass the Mic: Creating a Stage for Change, un concert filmé pour une diffusion ultérieure sur PBS. Les artistes se retrouveront lors d'une performance sur SoCal 88.5 (Los Angeles, CA) début février, où Aysanabee sera DJ invité. En plus de sa prochaine tournée avec Allison Russell, Aysanabee apparaîtra également à The Great Escape et au Tallinn Music Week dans les mois à venir.

 

 

DATES DE LA TOURNÉE D'AYSANABEE

Knoxville, TN : Tennessee Theatre, 30 janv.

Port Hope, ON : Port Hope United Church, Festival Hibernate, 16 fév.

Vancouver, CB : Commodore Ballroom, 23 fév. avec Allison Russell, COMPLET

Campbell River, CB : Tidemark Theatre, 24 fév. avec Allison Russell, COMPLET

Lake Country, CB : Creekside Theatre, 26 fév. avec Allison Russell, COMPLET

Sherwood Park, AB : Festival Place Theatre, 29 fév. avec Allison Russell, COMPLET

Calgary, AB : Bella Concert Hall, 1 mars avec Allison Russell

Saskatoon, SK : Broadway Theatre, 2 mars avec Allison Russell

Winnipeg, MB : Park Theatre, 3 mars avec Allison Russell 

Hamilton, ON : The Studio, 6 mars avec Allison Russell

Toronto, ON : Danforth Music Hall, 8 mars avec Allison Russell

Guelph, ON : War Memorial Hall, 9 mars avec Allison Russell

London, ON : London Music Hall, 10 mars avec Allison Russell

Kingston, ON : Isabel Bader Centre for the Performing Arts, 12 mars avec Allison Russell

Ottawa, ON : NAC, 14 mars avec Allison Russell

Montréal, QC : Le Studio TD, 15 mars avec Allison Russell, COMPLET

Québec, QC : Impérial Bell, 16 mars avec Allison Russell

Fredericton, NB : Wilmot United Church, 18 mars avec Allison Russell

Moncton, NB : Capitol Theatre, 19 mars avec Allison Russell

Halifax, NS : Lighthouse Arts Centre, 21 mars avec Allison Russell

Lunenburg, NS : Lunenburg Opera House, 22 mars avec Allison Russell

Tallinn, EE : Tallinn Music Week, 4 avril

Brighton, RU : Fabrica, The Great Escape, 16 mai

Toronto, ON : Massey Hall, Célébration de Gordon Lightfoot, 23 mai


Pour les billets et les détails du spectacle, cliquez ICI.



Aysanabee (Eh-sin-abby) a commencé à créer de la musique sous le nom de jeune fille de sa mère pendant la pandémie, lorsque le calme lui a permis de ralentir et de créer une musique qui, selon lui, le représente plus fidèlement en tant qu'artiste. Avec un mélange tourbillonnant de sons indie, soul et électroniques, de saxophone mélancolique et de pincements de doigts qui accélèrent le pouls, la musique d'Aysanabee est à la fois hypnotique et mélodieuse, et a été comparée à celle de Bon Iver, Matt Corby, Don Ross, Kim Churchill et Kings of Leon, entre autres.


Présélectionné pour le Prix Polaris 2023, lauréat de trois prix de la musique autochtone aux Indigenous Music Awards 2023 pour la vidéo artistique, l'album Pop/Alternative/Rock de l'année et la Révélation de l'année, lauréat du prix Indie Jim Beam 2023 de l'Artiste autochtone de l'année, et lauréat du prix Canadian Live Music 2023 de l'Artiste émergent de l'année, Aysanabee (il/lui) est un multi-instrumentiste, producteur et auteur-compositeur-interprète actuellement basé à Toronto. Il est Oji-Cree, membre du clan Sucker de la Première Nation Sandy Lake, une communauté éloignée accessible uniquement par avion, dans les régions reculées du Nord-Ouest de l'Ontario.

Parmi ses nombreuses réalisations, Aysanabee a également été nominé pour un prix JUNO 2023 dans la catégorie du Groupe ou artiste autochtone contemporain de l'année, et est devenu le premier artiste autochtone à atteindre la première place du classement Alternative Rock de Mediabase Canada (mars 2023).

 

Son premier album, "Watin" (novembre 2022), nommé d'après son grand-père, comprend 10 morceaux et neuf interludes mettant en vedette la voix de son grand-père, combinant musique et journalisme avec art et expression. "Watin a en fait commencé comme une série de conversations entre moi et mon grand-père", explique Aysanabee. "Nous avons passé la première année de la pandémie à parler de choses dont nous n'avions jamais parlé auparavant, de sa vie sur la ligne de trappe à la Première Nation Sandy Lake, de son histoire d'amour, de sa vie en pensionnat et de tout abandonner... nous n'en avions jamais parlé jusqu'à maintenant. Même si nous étions à plus de 1 000 kilomètres l'un de l'autre, c'était probablement le moment où nous avons été le plus proches."


Dans ce qui est devenu une année tourbillonnante pour Aysanabee, il a sorti son premier single, "We Were Here", en juillet 2022. Ce single a figuré au classement Indigenous Music Countdown et a été présenté dans un épisode de Station 19. Il a également été interprété en direct lors des prix JUNO 2023, consolidant davantage la position d'Aysanabee en tant que joueur majeur de la musique canadienne. L'année s'est poursuivie avec la sortie de "Nomads" (août 2022), qui a figuré au classement de Billboard Canada, atteint la première place sur CBC Music et la première place sur le classement de la radio alternative (mars 2023), et enfin, "Ego Death" (octobre 2022), qui a précédé la sortie de son album complet, "Watin", en novembre. Avec le succès de ses premières sorties, Aysanabee s'est fait un nom en tant qu'artiste unique et talentueux, prouvant qu'il est là pour rester et continuera d'être une force majeure dans la scène musicale canadienne.


Avec "Here and Now", le dernier EP de l'artiste, Aysanabee prend une nouvelle direction, se tournant vers ses propres expériences de fin d'amour et son processus d'autocritique sans faille. Avec une production haute tension, Aysanabee transforme la base acoustique pincée de "Watin" en vagues de paysages sonores qui portent sa voix en avant. L'album comprend 6 nouvelles chansons, dont le single à succès "Somebody Else" (juin 2023), qui a atteint la troisième place du classement alternatif de MediaBase et explore le thème de la mémoire - un motif significatif dans son écriture. "Here and Now", la chanson titre de l'album, est une chanson de regrets. "Il existe un million de façons et un million de résultats différents pour n'importe quelle situation, mais les choses se déroulent comme elles se déroulent", dit Aysanabee, "et parfois, vous devez simplement apprécier les moments, les souvenirs, les personnes qui sont venues dans votre vie pour un temps pour partager leurs dons avec vous et vice versa."


"Hold That Spirit" de Raye Zaragoza est un album enraciné dans cette prise de conscience. La chanteuse-compositrice basée à Los Angeles a toujours créé une musique folk politique inspirée par son identité en tant que femme d'origine mixte indigène, asiatique et latino-américaine. Elle a été reconnue en 2016 avec "In The River", écrit pour protester contre le Dakota Access Pipeline. Lorsqu'elle a participé à un Tiny Desk Concert chez NPR, elle a parlé et chanté sur la nécessité de rendre la musique live plus accessible économiquement. Et elle écrit actuellement la musique pour Spirit Rangers de Netflix, une émission mettant en vedette une équipe de scénaristes et une distribution entièrement autochtones.


Alors qu'elle approchait de ses 30 ans l'année dernière, Zaragoza a commencé à réfléchir spécifiquement aux attentes placées sur les femmes en vieillissant : ce qu'elles devraient avoir accompli dans leur carrière, les familles nucléaires qu'on attend d'elles de poursuivre et de nourrir, la manière dont les normes de beauté et l'âgisme collaborent pour rendre de plus en plus difficile d'être vue. 29 ans a également été l'année où Zaragoza s'est fiancée et, peu de temps après, a mis fin à sa relation. Après la fin de la fiançailles, elle a utilisé ce qui aurait été son budget de mariage pour financer une partie de la production de son nouvel album. Autant c'était une décision pratique, autant elle était chargée de symbolisme : Zaragoza investissait en elle-même.


Il y a un sens durable de l'agence dans ces chansons, qui puise dans le pop indie dynamique à la Japanese Breakfast et le folk contemplatif à la Joni Mitchell. Sur des pistes comme l'ouverture pop vibrante "Joy Revolution", une collaboration avec la militante et artiste basée à Los Angeles MILCK, Zaragoza reconnaît qu'une grande partie du bonheur réside dans le choix d'être heureux plutôt que d'attendre que sa vie soit parfaite ou de sentir qu'elle doit gagner le confort et la facilité. Elle utilise cet album pour revendiquer la joie qui lui a toujours appartenu légitimement et pour se modeler activement en son propre modèle. Comme elle le dit sur la piste country galopante "Sweetheart", "Je ne veux pas être une femme, pleurant par terre la nuit. Je ne veux pas continuer à chercher le jour où je me sentirai bien."


Un fil conducteur féministe unit ces chansons. La ballade folk méditative "Strong Woman" a été écrite sur commande pour la fille d'une amie, mais célèbre également de manière plus générale un monde dirigé et construit par les femmes. "Not A Monster" aborde ouvertement le trouble alimentaire de Zaragoza. Et "Garden" aborde toutes les attentes injustes placées sur les femmes en vieillissant. Zaragoza a également travaillé exclusivement avec des collaboratrices féminines sur le projet, une rareté dans une industrie où moins de 5% des crédits de production/ingénierie reviennent aux femmes. Elle estime que travailler avec des femmes lui a offert la sécurité émotionnelle nécessaire pour traiter pleinement la douleur de sa rupture et pour créer une œuvre artistique honnête sur sa vie.

 

"Il est facile pour moi d'être vulnérable avec une collaboratrice féminine, même la première fois que je la rencontre", dit-elle. "Beaucoup de ces sessions étaient de 3 heures à parler et à thérapiser avant que nous commencions à écrire. Cet album parle tellement de ce que cela fait d'être une femme quittant la "fleur de l'âge de la vingtaine" et de traiter ce que cela signifie de vieillir, une expérience que les hommes ne vivent pas de la même manière."


Elle a également ressenti que le processus d'écriture était communautaire, moins un processus de raconter son histoire spécifique que de trouver des moyens de se connecter avec ses collaborateurs et de partager des histoires qui résonnaient avec tous. Par exemple, elle a travaillé avec la compatriote auteure-compositrice d'origine autochtone Hayley McLean sur "Still Here", une chanson sur l'appropriation de sa culture en tant que femme d'ascendance Akimel O'otham et la reconnaissance de la manière dont les peuples autochtones existent dans tous les aspects de la société. "La communauté autochtone à Los Angeles a été une partie importante de ma vie depuis que j'ai déménagé ici à 14 ans", dit-elle. "Les artistes autochtones ne sont pas assez diffusés à la radio ou n'ont pas assez de place dans les publications grand public, alors je fais ce que je peux pour être aussi fière que possible et ouvrir la voie à d'autres artistes aussi." Elle espère que le sentiment de communauté qu'elle a cultivé tout en écrivant ces chansons transparaît et, en retour, aide les auditeurs à se sentir moins seuls.


"Hold That Spirit" est un album nuancé et complexe car il est enraciné dans les épreuves spécifiques de Zaragoza, de son anxiété à sa relation tendue avec le travail à sa peine, mais il regarde aussi vers l'extérieur et trouve du réconfort chez ceux qui comprennent ces expériences partagées. En s'appuyant sur ceux qui la font se sentir vue et soutenue lorsqu'elle s'aventure seule dans le monde, elle a pu rester défiantement optimiste et nous inspirer tous à faire de même.

 



SUIVEZ AYSANABEE




Comments


bottom of page