top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurThe Sound Cafe

Alexis Chartrand et Cédric Dind-Lavoie lancent des mélodies traditionnelles québécoises et acadiennes dans leur nouvel album 'Au Chemin 4'


Par Megan Routledge.



De Montréal, Québec, émerge un nouvel album visuel du violoniste Alexis Chartrand et du multi-instrumentiste Cédric Dind-Lavoie. "Au Chemin 4", composé de neuf prises musicales longues et non éditées de mélodies traditionnelles québécoises et acadiennes, renvoie aux racines mêmes du folklore canadien-français avec une sélection méticuleuse de morceaux arrangés pour violon et piano.


Ces deux musiciens extraordinaires se sont réunis après qu'Alexis a entendu le travail magistral de Cédric avec des enregistrements d'archives sur son album de 2021 "Archives" et était impatient d'entendre l'interprétation live de son collègue de ce répertoire. Cette rencontre fructueuse entre l'intimité et la relation prolongée de Chartrand avec le répertoire traditionnel du Québec et la sensibilité éminente de Dind-Lavoie à ses qualités inhérentes a conduit à la création d'"Au Chemin 4".


Rendant hommage à la réinterprétation constante de son propre folklore à travers une vulnérabilité introspective, l'album présente neuf performances non éditées, capturées à la fois sur le plan sonore et visuel. "Mimeault" dévoile un à un les instruments et les instrumentistes, propulsés par le rythme soutenu du piano. "La Rachoudine" explore la douceur inexplorée d'un air de danse très célèbre de la péninsule de la Gaspésie. "C’était une biche", "Partir pour un voyage" et "Par un dimanche au soir" déshabillent trois chansons folkloriques de leurs paroles, mettant en valeur l'efficacité fascinante de ces mélodies déconcertamment simples. Enfin, des morceaux comme "Le Brandy" et "La danse du barbier" se délectent du groove contagieux des airs de danse traditionnels canadiens-français.


"Au Chemin 4" tire son nom du studio légendaire de musique folk où il a été enregistré, dans la région de Lanaudière au Québec, sur quatre jours en octobre 2023. Grâce à une subvention du Conseil des arts du Canada, le cinéaste Olivier Arseneault a été présent pendant l'intégralité des sessions d'enregistrement. Chaque morceau a été filmé et enregistré en une seule prise, à travers l'objectif de la caméra portative d'Arseneault. En tant que danseur traditionnel, la connaissance intime d'Arseneault des caractéristiques musicales du répertoire lui a permis de suivre les performances avec une sensibilité naturelle. Nicolas Babineau, collaborateur fréquent de Chartrand, a enregistré, mixé et masterisé l'album avec expertise. Les pistes audio sont également des prises longues en direct non éditées, mettant en avant l'intimité de l'interprétation, révélant la richesse de l'utilisation délicate et retenue des instruments par Dind-Lavoie et Chartrand.


"J'ai vraiment voulu filmer l'enregistrement d'un album entier depuis un moment", explique Chartrand. "Je viens d'un milieu de danse live et de musique de concert, où la musique doit fonctionner sur place, dans l'instant, on n'a pas de deuxième chance ! Cette approche m'a conduit à enregistrer des pistes live pour mes albums précédents, et je pensais que ce serait génial d'avoir un cinéaste présent pour tout filmer. Les enregistrements sur le terrain des musiciens folkloriques du 20e siècle, nos sources pour cette musique, sont généralement des performances non éditées, il semblait donc approprié de documenter notre jeu de cette manière."


L'expérience musicale antérieure de Dind-Lavoie couvre une large gamme d'influences, allant des chœurs de garçons classiques au jazz, en passant par de nombreuses années de concentration sur la musique mandingue ouest-africaine. Il apporte une touche douce sur un piano droit feutré révélant une sensibilité minimaliste. Affranchi des attributs familiers de l'accompagnement de la musique celtique, son approche perce toutes les attentes, allant directement à la beauté intrinsèque des mélodies traditionnelles et les consacrant dans un paysage sonore introspectif, respectueux de leur simplicité envoûtante.


L'éducation de Chartrand en tant qu'enfant de danseurs baroques et folkloriques, ainsi que sa formation dès son plus jeune âge dans l'accompagnement de danses traditionnelles québécoises, se conjuguent dans son utilisation d'instruments baroques pour l'interprétation de la musique de violon du Québec. Bien qu'anachronique, son approche permet aux mélodies uniques qu'Alexis a grandi en entendant et en jouant de révéler une tendresse inattendue, portée par le son chaleureux des cordes en boyau et la légèreté de l'archet baroque.




ALEXIS CHARTRAND


CÉDRIC DIND-LAVOIE




Comentários


bottom of page